La révélation d’Isabelle

Isabelle a eu une petite révélation le jour où elle s’est vue dans le miroir et a eu peur.

Elle n’aurait jamais cru que cela arriverait, mais elle était là, à 49 ans, après avoir fumé des cigarettes mentholées pendant 25 ans. Elle avait l’air terrible. Sa peau semblait s’être affaissée sur son visage et son cou, comme une vieille femme restée seule trop longtemps dans une maison vide, sans personne pour s’occuper d’elle. Et Isabelle a réalisé que c’est ainsi que les gens finissent lorsqu’ils fument toute leur vie : abandonnés par tout le monde sauf par les compagnies de tabac qui les nourriront jusqu’à ce qu’ils meurent d’un cancer du poumon.

Ce jour-là, Isabelle a décidé que ça suffisait et a jeté son dernier paquet de menthols malodorantes dans la poubelle peut. Elle était malade et fatiguée d’être si autodestructrice depuis si longtemps.

Elle a maintenant trois emplois, deux comme serveuse et un comme concierge dans une école publique locale. La plupart du temps, elle arrive à peine à dormir les huit heures requises, mais son moral est bon et elle dit qu’avec cette son mode de vie, elle perd du poids. Et, après tout, n’est-ce pas ce qui compte au final ?

Isabelle a également trouvé un nouveau petit ami qui vient souvent dîner chez elle. Lorsqu’il le fait, Isabelle ne fume plus devant lui et ne laisse plus la fumée pénétrer dans son espace de vie en laissant une fenêtre ouverte. Elle ne doit se rappeler qu’elle était quelqu’un d’autre avant.

Changement de cap

Le plus surprenant, c’est qu’ayant retrouvé son nez, elle a entrepris une formation en olfactothérapie.

Elle a suivi un cours sur les produits aromatiques et cosmétiques, avec un diplôme de la Société nationale des assistants professionnels de produits en olfactothérapie.

En 2004, elle a terminé la première année d’un diplôme avancé de trois ans. En 2005, sa thèse a été choisie comme l’une des 12 meilleures dissertations sur l’olfaction rédigées cette année-là par des étudiants .

Elle poursuit maintenant ses recherches via un poste de stagiaire au Olfactory Research Fund, aux USA .

Il va sans dire qu’elle n’a plus jamais utilisé de parfums ou d’eaux de Cologne.

Si elle ne peut plus faire honneur à son ancien nom, « Mme Particulière », elle en a adopté un nouveau : Mme. Echantillon.

Elle a également écrit deux livres, « Noir Songe » et « Le Dernier nez ».

Elle vit aujourd’hui à St Maur des Fossés, près de Paris, où elle poursuit ses études pour un doctorat à la faculté de médecine de l’Université de Reims

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *