D+ for care review: public beheading of a brand

Published

Claire DEspagne, the founder of the startup D+ For Care, is caught in a bad buzz, following a controversy over the overexploitation of trainees and alternates. The D+ for care brand (which literally translates to 0/20 for care) is a cosmetics and nutrition brand.

Lors d’une interview de Claire Despagne (une ancienne de Blackrock), dans le podcast Liberté d’entreprendre, déclare qu’une stagiaire qui fait 35h/semaine manque d’ambition. Selon elle c’est grâce à 80h/semaine que l’on va pouvoir devenir propriétaire.

“pour réussir, tu comprends, il faut accepter de bosser 80 heures pour moitié moins qu’un SMIC, sinon tu vas rater ta vie et ne pas avoir une résidence secondaire à 30 ans”.

Claire Despana

Statement, starting at minute 26.

dplusforcare reviews

D+ for care controversy swells over Google Reviews

La polémique enfle suite à son intervention publique, et les internautes réagissent, massivement. Plus de 5500 avis publié sur la page google my business de l’entreprise D+ for care. La note est retombée à 1,1 sur 5.

According to Internet users, it perfectly embodies the violence of the labor market, and that of the world in which we live.

d+ for care review

Mass reactions on social networks

Face à ces déclarations, de nombreux témoignages remontent sur les réseaux sociaux Twitter, Lindkedin. Les internautes parlent d’esclavagisme.

Comments have been disabled on the Instagram account Dplusforcare.

Intern job offers

Sur les sites d’offre d’emploi, tel que Welcome to the Jungle, les offres de stage représente 80% dans offres, ainsi que des CDD, mais pas de CDI.