Comment une Augmentation Mammaire m’a Sauvé de la Dysmorphie Corporelle il y a 10 Ans

Je peine à me rappeler ma vie avant d’avoir des seins taille D. Quand je mentionne que j’ai eu une augmentation mammaire peu après mon 20e anniversaire, les gens sont souvent surpris, qu’ils m’aient vue nue ou non. Parfois, j’oublie moi-même. Ils semblent si naturels et s’accordent parfaitement à ma morphologie. Je les considère comme miens, peu importe comment ils sont venus à moi. Et presque une décennie plus tard, je ne regrette en rien ma décision.

Ce récit n’est pas une glorification de la chirurgie plastique, mais plutôt un plaidoyer pour l’amour de soi, par tous les moyens possibles. Pendant mon adolescence, je développais une insécurité extrême envers mes seins. La plupart des femmes de ma famille ont une poitrine généreuse, mais moi, j’étais restée à un bonnet A. Dans les vestiaires après le sport, j’enviais mes camarades plus dotées. Je me demandais si j’étais une « vraie femme » en me focalisant sur ce que je considérais comme un caractère définissant de la féminité. Cette insatisfaction s’est étendue à une obsession, me faisant constamment comparer mon corps à celui des autres filles de mon âge. Malgré mon habitude de communiquer, je gardais mes pensées compulsives pour moi, partageant rarement mes inquiétudes avec mes amis ou ma famille. Aucun mot n’aurait vraiment pu atténuer mes complexes.

** »Ma santé mentale, intimement liée à mon image corporelle, s’est améliorée du jour au lendemain. »**

Toute ma vie, mes parents féministes m’ont enseigné que j’avais le pouvoir de changer ma vie et de poursuivre mes rêves les plus fous. Ainsi, à 19 ans, alors que j’étudiais à Vienne, j’en avais assez. Assez de me sentir si mal dans ma peau que j’évitais de me dévoiler, même dans l’intimité. Assez de ne jamais oser porter de soutien-gorge de sport de peur qu’il ne comprime encore plus ma petite poitrine. Assez de l’envie que je ressentais envers celles qui avaient au moins un bonnet B.

Mes parents étaient si surpris par ma décision qu’ils ont tenté de m’en dissuader; ils suggéraient que j’attende 10 ans. Mais pour moi, c’était clair : mon avis ne changerait pas, et 10 ans supplémentaires s’écouleraient dans le malheur. Mes parents avaient élevé une fille à l’esprit indépendant et savaient qu’ils ne pouvaient pas m’empêcher. Mon raisonnement était qu’en 10 ans, je pourrais regretter de dépenser des milliers d’euros pour mon apparence. Mais à 19 ans, je me sentais libre. Sans grandes dépenses à venir, vivant dans un pays où l’éducation était gratuite, j’avais économisé environ 6 000 euros grâce à différents emplois.

LIRE  Participants de "Glow Up": Où sont-ils maintenant ?

J’ai donc franchi le pas. Après de vastes recherches, avoir consulté des centaines de photos de poitrines opérées en ligne et lu des milliers d’avis, je suis tombée sur le site d’un spécialiste du transfert de graisse. Considéré comme l’un des meilleurs chirurgiens d’Autriche, il a suggéré que je prenne du poids pour que nous puissions compléter cela par des implants. Deux mois plus tard, j’avais pris un peu de poids, et lors d’une opération de deux heures, la graisse nouvellement acquise fut placée dans ma poitrine, avec environ 300 millilitres d’implants de chaque côté. Au réveil, j’ai immédiatement senti qu’une nouvelle vie commençait.

** »Je parle fièrement de mon augmentation mammaire parce que c’est une étape cruciale pour vraiment ne pas se soucier du regard des autres. »**

Aujourd’hui, près d’une décennie plus tard, mes seins restent ma partie préférée de mon corps. Ironiquement, je laisse rarement mon décolleté apparaître. Le simple fait de savoir qu’ils sont là est suffisant ; je marche la tête haute, un soutien-gorge de sport léger me permettant de me sentir à l’aise avec ma poitrine D. C’est un peu comme mon master, je l’ai obtenu et personne ne peut me le retirer. Mes seins sont devenus une source tangible et intangible de confiance, changeant à jamais mon image corporelle. Cela va au-delà de leur apparence : je suis fière d’avoir pris cette décision et de l’avoir réalisée, surtout à une époque où la chirurgie plastique était peu courante dans mon entourage.

Les femmes reçoivent des messages contradictoires sur la beauté. Des tendances maquillage nude qui donnent l’impression de ne rien porter, des pantalons si longs qu’ils cachent les talons de quatre pouces, des produits capillaires pour obtenir cette parfaite vague de plage « naturelle ». De plus, les critères de beauté évoluent en quelques années, et nos corps doivent s’adapter. Certains disent que mes seins ne « comptent » pas parce que je les ai achetés. Je leur réponds qu’ils comptent double – j’ai investi du temps, de l’argent et enduré de la douleur pour eux. À ces personnes, j’ai un message simple : peu importe ce que vous pensez.

Il est crucial d’avoir des conversations plus ouvertes autour de la chirurgie plastique, ou du moins de nos différents désirs de changer notre apparence. Depuis mon opération, je pense beaucoup moins à la taille de ma poitrine qu’avant. Ma santé mentale, étroitement liée à mon image corporelle, s’est améliorée du jour au lendemain. Adolescente, je m’obsédais sur un léger gain de poids car cela rendait mes seins plus petits en comparaison du reste de mon corps, mais maintenant, j’accepte les fluctuations de poids comme un cours naturel de la vie. Et je prends soin de mon corps différemment. Avant, je ne faisais jamais d’exercices pour la poitrine ou les bras, pensant que cela contribuerait à une poitrine « masculine ». Maintenant, j’aime travailler la partie supérieure de mon corps. À bien des égards, j’ai évité une autre décennie de dysmorphie corporelle extrême.

LIRE  Luminesce Avis : une innovation anti-âge ?

L’augmentation mammaire est l’une des chirurgies plastiques les plus courantes aux États-Unis: elle est relativement simple à réaliser, moins coûteuse que certaines autres procédures, et la récupération peut prendre aussi peu qu’une semaine. Bien sûr, toute chirurgie plastique comporte des risques – au-delà des résultats ratés, toute opération majeure comporte des risques liés à l’anesthésie et à la possibilité d’infection. Cependant, je voudrais contribuer à déstigmatiser la chirurgie plastique. Certains disent qu’elle est réservée aux riches et célèbres ou affirment que nous devrions tous accepter le corps dans lequel nous sommes nés. Mais la positivité corporelle ne doit pas signifier la complaisance. Pour moi, cette opération a initié mon parcours vers un amour-propre féroce. J’ai fait tellement de recherches, de préparations et de réflexions internes que l’opération en elle-même m’a semblé être la partie la plus facile. Depuis, j’ai embrassé le reste de mon corps vigoureusement. Je parle fièrement de mon augmentation mammaire parce qu’elle constitue une étape cruciale pour vraiment ne pas me soucier de la perception des autres – une manière d’incarner pleinement « mon corps, mon choix ».

marine

Laisser un commentaire